Article précédent - liste - Article suivant

76 « Comment être fort »

Pour tous ceux et celles qui n’ont pas eu la chance d’assister au Cabaret Mystique, extrait de la conférence d’Alexandro JODOROWSKY du 22 février 2006 à la librairie « Les Cent Ciels » 

  • On m’a demandé l’autre jour quelle était ma patrie ? J’ai répondu « mes chaussures »
  • Quel était mon foyer ? J’ai répondu « le mot merci ».

Je remercie d’être encore vivant, et chaque jour c’est un cadeau : vivre dans cet être mystérieux, incroyable, qui a un dieu intérieur, qui peut se communiquer, qui a un inconscient qui a des possibilités incroyables dans cet univers incroyable. Est-ce que les personnes vivent dans un univers qui correspond à la conception qu’elles ont de leur propre individu ? On voit l’univers comme on voit sa vie.

J’ai rencontré très peu de personnes qui disent : « je ne sais pas ce qu’est l’univers et je ne sais pas ce qui va m’arriver. Ce qui va m’arriver va m’arriver et ce que l’univers sera, sera et ce dont je dois me préoccuper c’est du moment présent. Alors je vais vivre bien la vie telle qu’elle est et ce qui viendra, viendra. Je ne suis pas obligé de le savoir. » Ce sont des personnes qui sont heureuses d’exister, tranquillement.

On me dit que je suis fort. Mais je vais vous donner le secret pour être fort, vous n’allez jamais l’oublier. Pour être fort il faut chaque jour être moins faible. C’est tout. Je ne suis pas fort, je suis chaque jour moins faible. Je ne suis pas intelligent, je suis chaque jour moins idiot. Je ne suis pas généreux. Je suis chaque jour moins égoïste. Je ne suis pas heureux. Je suis chaque jour moins angoissé que le jour précédent. Je vais de moins en moins et c’est comme cela que j’obtiens les choses. Il n’y a pas la force, il n’y a pas la générosité, il n’y a pas la sainteté. Il y a des petits efforts pour être chaque fois « moins ». Alors quand vous faites une prise de conscience comme maintenant vous ne pouvez pas vous laisser aller à des vieilles situations décadentes qui ne vous correspondent plus. Vous devez vous dire « ce n’est pas moi ». Mes douleurs sont mes médailles, mes blessures de combat, mes cicatrices, mais ce n’est pas moi car j’ai le devoir de vivre ma vie complète, telle que je veux la vivre, le devoir de ne pas me détruire, ni de me laisser détruire. Je ne suis pas mes sentiments, je ne suis pas ma douleur, je ne suis pas mes idées, je ne suis pas mes désirs, je ne suis pas mes besoins.

Le karaté est un art où on fait un combat pour tuer l’ennemi. Le TAROT c’est un combat pour donner la vie à quelqu’un. Avec le karaté, quand on se trouve avec un être vivant, on le rend mort. Celui qui lit les TAROT se trouve avec un mort et le rend vivant. La vieille personnalité c’est un cadavre dans lequel on vit. Il faut arrêter la nécrophilie.

Nous sommes plus puissants qu’une bombe atomique. Ton esprit est d’une puissance infinie. Tu es une particule de l’univers, tu as toute la force de l’univers. Cette force qui est en toi tu dois aller la puiser avec courage. Cette force c’est ce qui te tient debout, qui ne te permet pas de t’écrouler et qui te fait faire ce que tu as à faire.

C’est dans les avions que je découvre les bonnes méditations. Chaque fois que je suis dans un avion je me dis « cet avion peut tomber ! » j’en suis tout à fait conscient. Chaque fois que l’on est dans un avion on est dans l’agonie. Chaque fois que l’avion décolle, je fais ma prière : « je suis à Toi, j’ai confiance en Toi, aies pitié de nous » . Avant je disais « aies pitié de moi ! », mais j’ai changé (rires). Alors c’est dans les avions que je découvre les bonnes méditations.

La première chose cela a été de me libérer des mots, d’être sans langage à l’intérieur de moi. On passe à une autre dimension et à ce moment là je me suis rendu compte, qu’en étant dans une autre dimension, j’étais dans mes yeux même s’ils étaient fermés. On pense avec ses yeux et ma pensée était accrochée au fait que je ne voyais rien dans l’obscurité. Donc il fallait méditer sans bouche et maintenant sans connexion avec l’œil. Et là tu rentres dans une dimension mentale qui est la lumière pure. Tu te sens libéré car tu étais accroché à tes sens.

Comme le dit l’évangile de Matthieu « un esprit qui se fait chair c’est un miracle mais une chair qui se fait esprit c’est le miracle du miracle ». Pendant les premiers moments de la vie nous incorporons dans les sens la spiritualité, l’Etre supérieur, la divinité, l’âme et dans chaque cellule commence à exister l’esprit. Cela se fait à travers les sens, à travers le corps. Mais il y a un moment où se produit la Transfiguration. C’est le moment où le corps se retourne et on fait le chemin inverse, on se détache des sens et on rentre dans le pur esprit.

Tous droits de traduction, de reproduction et d’adaptation réservés pour tous pays.