Article précédent - liste - Article suivant

74 Guérir son Arbre et conseil pour bien vivre en couple conférence du 17 septembre 1997

Pour tous ceux et celles qui n‟ont pas eu la chance d‟assister au Cabaret Mystique extrait de la conférence d‟Alexandro JODOROWSKY du 17 septembre 1997

Histoire :

Mulha va dans un bar et y commande toujours deux verres de whisky, un pour lui et un pour son ami qui n‟est pas là, et tous les jours il se rend au même bar et y commande ses deux verres de whisky pour lui et son ami absent. Un jour, il arrive et ne commande qu’un seul verre de whisky, alors le barman lui demande : « Vous ne commandez pas pour votre ami aujourd’hui ? » « Non, mon ami a arrêté de boire. »

Elle est intéressante cette blague, parce qu’au fond, on parle de l’alcool que porte l’autre. Ça veut dire que d’un côté il y a son alcoolisme à lui et de l’autre, l’alcoolisme de son ami. C’est là qu’on se rend compte de l’importance de l’Arbre généalogique parce que si tu crois que tu es celui qui arrête de boire, d’une certaine façon, quand tu fais un changement en toi, tu fais un changement dans toute ta famille, dans ceux qui viendront et dans ceux qui ont disparu aussi parce que, le point de vue de ceux qui ont disparu change, et ceux qui viendront auront plus de possibilités grâce à toi. On parle d’un changement dans lequel tu fais une prise de conscience. La conscience que tu apportes à ton Arbre, elle est précieuse pour tout le monde. Un arbre tordu qui fait un fruit sucré, c’est un bel arbre. Un arbre parfait qui fait un fruit amer, qui empoisonne, c’est un arbre inutile, laid. La beauté de l’arbre, c’est son utilité. C’est le fruit qui va définir son utilité. Donc, si on fait un changement de conscience, si on prend conscience de quelque chose, tous les êtres qui nous aiment ou qui font partie de notre inconscient familial vont changer.

Un conseil pour les couples inspirés du Tarot :

Dans le couple, on va se promettre qu’on va laisser l’autre être ce qu’il est. Ça, c’est le compromis pour toute la vie. D’aucune façon, je vais faire que tu sois d’une autre façon que comme tu es en essayant que tu sois comme moi, que tu vois le monde comme je le vois moi. C’est quelque chose qui n’arrive pas dans
l’Arbre généalogique parce que la première chose qu’on te fait sentir, c’est que tu es coupable de ne pas être comme nous. La société nous dit : « tu ne peux pas être comme tu es, il faut que tu répondes à nos exigences ». Donc moi, je te promets que toute ma vie, je vais lutter pour que tu sois ce que tu es parce que seulement quand tu es ce que tu es, tu es et tu es bien. Être, c’est être ce qu’on est et ne permettre à personne de nous empêcher d’être ce qu’on est.

Dans le cœur, on va se promettre qu’on va se respecter toute la vie et qu’on va laisser l’autre nous aimer comme il aime. Je vais accepter que tu m’aimes comme tu aimes, on ne va pas se changer. Toutes les personnes qui cherchent l’âme sœur ont un noyau homosexuel pas résolu. Quand je cherche l’âme sœur, je cherche le pareil, je ne cherche pas la différence, la complémentarité. La recherche amoureuse c’est la différence complémentaire.

Dans le sexe, je vais permettre toujours à l’autre qu’il désire ce qu’il désire, je ne vais pas faire aucun drame si l’autre désire ce qu’il désire. Il faut accepter les désirs de l’autre sans les changer. C’est à toi d’accepter ses caprices ou pas. Il y a un voie sexuelle : orale, vaginale, anale vaginale, anale phallique, et tu as le droit de demander, et tu as le droit de dire non, et si tu me dis non, j’ai le droit d’aller chercher ailleurs. J’ai le droit de désirer ce que je désire et tu as le droit de désirer ce que tu désires 100%, et que personne ne se mêle de ça. Tu as 100% droit à tes fantasmes.

Le corporel physique : je te promets de ne jamais envahir ton espace personnel, jamais je ne vais envahir ta solitude sacrée, nous n’allons pas faire un couple d’invasion, jamais tu ne vas m’envahir, jamais je ne vais t’envahir, nous allons nous respecter, nous sommes conscients que la relation fusionnelle est une maladie ! Tout faire ensemble est une maladie, je vais toujours respecter ton territoire et tu vas toujours respecter le mien. J’aurai toujours un territoire à moi et bien sûr, on aura un territoire commun. Je serai toujours heureux de ta prospérité, je ne vais jamais me mettre en compétition avec ta prospérité. Ta prospérité créative, je vais l’accepter, je vais la louer, je vais collaborer, mais je ne veux pas me mêler de ça. Je vais toujours aimer ta prospérité comme tu aimeras la mienne. Et bien sûr que nous aurons une prospérité commune, des désirs communs, des pensées communes et un amour commun.